mardi 12 janvier 2016

Le crédit de campagne

L’objectif des banques est d’apporter à leurs clients des financements adaptés à leur exploitation. Il est vrai que Bâle 3 vient contraindre cela, mais il n’en demeure pas moins que les banquiers sont des commerçants et à ce titre mettent en place des solutions pour satisfaire leurs clients. Le crédit de campagne est un de ces outils. Voyons de quoi il en retourne:

L’activité de toutes les entreprises n’est pas linéaire sur toute l’année. De nombreux secteurs d’activités ont un chiffre d’affaires qui présentent une forte saisonnalité. Un producteur de melons aura son chiffre d’affaires sur l’été, le marchand de jouets sur novembre décembre … Cela signifie que leurs entrées de trésorerie seront concentrées sur quelques mois. Par contre, il faudra qu’ils paient tout au long de l’année leurs salaires et charges. Ils devront financer leur exploitation et leurs stocks. 

Nous ne sommes pas ici dans le cadre d’un découvert classique qui dans tous les cas est faible en montant. La société ne pourra pas mettre en place un affacturage classique puisqu’elle n’a pas de facture à produire. Les crédits classiques sont donc inopérants ou peu efficaces. 

C’est pour cela que les banques ont mis en place le crédit de campagne. C’est une ligne de crédit qui va permettre à l’entreprise de faire face à ces échéances pendant toute la période où elle ne vend pas. Le remboursement sera fait au fur et à mesure des ventes. 

Il est évident que du point de vue des banques ce type de crédit a un risque plus élevé qu’un affacturage. Il ne sera donc pas mis en place sans un certain nombre de précautions. La première c’est que l’entreprise soit capable de produire des prévisions de trésorerie fiables. La deuxième c’est la confiance que le banquier a dans l’équipe de management. La banque peut également prendre des garanties sur le stock dans la mesure où un stock existe. C’est le cas pour les jouets, mais pour d’autres activités dans le monde du service, par exemple, il n’y a pas de stock. Le banquier pourra donc faire un nantissement du stock, ce qui lui permettra de récupérer tout ou partie de ses avances en cas de défaut de l’entreprise. 

L’avance peut être faite par avance de trésorerie, par émission de billet ou par avance sur marchandise. Dans le premier cas, il s’agit de fonds mis à disposition. Dans le deuxième, la banque émet un billet avec un montant et une durée définie. L’entreprise présente ce billet, reçoit les fonds et doit les rembourser à l’échéance. Dans l’avance sur marchandise, la banque va prendre en nantissement les stocks et émettra son financement en fonction de ces stocks. Elle sera remboursée au fur et à mesure des ventes et le nantissement sera alors annulé. 

Le crédit de campagne est donc une solution adaptée aux entreprises qui ont une activité saisonnière. C’est un crédit relativement risqué pour les banques d’autant plus que l’activité financée ne génère pas de stock. L’entreprise qui en fera la demande doit avoir établi une relation de confiance avec sa banque. Elle doit être à même de montrer qu’elle gère bien l’entreprise. Elle doit fournir des prévisions de trésorerie fiables.
 

 

Michel Pivot (12 janvier 2016)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Web Analytics