mardi 28 juillet 2015

Quel affacturage choisir?

Lorsque vous vous adressez à une banque pour un crédit court terme, la proposition systématique (ou presque) est de vous proposez un contrat d’affacturage. Rappelons que l’affacturage c’est la banque qui vous apporte du financement en échange des factures clients que vous lui apportez. Elle se rembourse en encaissant les règlements des clients. Il existe de nombreux types de contrats. Comment choisir ?

Votre choix dépend d’abord de votre éligibilité aux types d’offres que peut vous faire la banque. Il existe deux types de contrats principaux : le ligne à ligne et le rechargement de balance. Dans le ligne à ligne, la banque finance des factures individuelles. Lorsqu’il s’agit de rechargement de balance, la banque finance le solde de comptes clients, cela signifie qu’elle prend en compte toutes les opérations de ce compte. Le rechargement de balance est en principe réservé aux entreprises les plus importantes. Il ne sera pas proposé aux TPE ou aux petites PME. L’avantage principal du rechargement de balance c’est sa simplicité, car il permet de céder l’intégralité d’un compte. Mais attention, il faut que la comptabilité client soit bien tenue avec l’enregistrement comptable rapide de l’intégralité des opérations et le pointage des règlements ou avoirs avec les factures. Il faut donc que votre comptabilité soit propre. 

La prestation d’affacturage comprend trois éléments : le financement, le risque crédit, et la relance. La banque propose donc ces trois composants. Le financement est bien entendu obligatoire. Les deux autres peuvent être négociés, à condition toutefois que vous apportiez la preuve que votre entreprise a la capacité à les gérer. L’entreprise doit se poser la question de déléguer ou de faire en interne. Pour les TPE et les petites PME, il peut être opportun de déléguer. En effet, ces sociétés manquent de personnel pour gérer le poste client. Leur suivi est donc réduit au strict minimum : la relance client des factures en retard de règlement.  

Lorsque la société commence à se structurer, il est plus efficace de conserver les composantes risques crédit et relance au sein de votre société. En effet l’entreprise est la mieux placée pour définir la politique crédit qu’elle souhaite accorder à ses clients. Elle peut mettre en concurrence les assureurs crédits afin d’obtenir les meilleurs taux et la meilleure couverture. Pour la relance client, la conserver en interne, permet de faire une relance qui sera un outil d’amélioration du cash, mais également du renforcement de la relation client. En effet, une part significative des retards clients est liée à des litiges. Seuls vous pouvez les résoudre. Il est donc important que votre société conserve la relance, mais à condition bien entendu que vous l’organisiez. 

Dans la mesure du possible, les entreprises devraient choisir un contrat du type cession de balance. Il est également plus efficace de ne pas déléguer à la banque le risque crédit et la relance. Cela signifie qu’en interne votre société s’organise pour mettre en place les équipes et les outils nécessaires pour assurer ces fonctions. Vous avez tout à y gagner, car le bien le plus précieux d’une entreprise c’est la qualité des clients. La gestion du risque client et la relance sont deux outils essentiels pour renforcer cette qualité. 

 

 

Michel Pivot (28 juillet)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Web Analytics