mardi 26 mai 2015

Les risques de l'acquisition

Faire de la croissance externe est un choix qui permet à votre société de croître rapidement. Cela peut donc être une solution pertinente. L’acquisition est souvent un chemin long, car il faut trouver la cible, convaincre le vendeur, négocier le prix, etc. Mais quand vous avez fait cela, dîtes-vous que vous avez fait le plus facile. Il faut encore que la greffe prenne. Voyons les principaux risques que vous encourrez :

Le principal pour moi, c’est le risque de rejet. Ce terme médical peut paraître surprenant, mais il est parfaitement adapté à ce type de situation. Votre société et la société cible sont deux entités différentes, avec leur culture, leurs règles, leur histoire. Il se peut que le personnel que vous reprenez, n’apprécie pas du tout l’état de fait qui leur est imposé. Cela ne signifie pas qu’ils se mettront en grève. Cela se traduira le plus souvent par un manque d’adhésion, une absence de participation, une approche négative. Cela minera toutes les actions que vous allez entreprendre pour développer les synergies entre l’ancienne et la nouvelle société.

Il est indispensable que ce risque soit mesuré, le plus tôt possible. Il est absolument nécessaire que du sens soit donné à l’opération et que la société reprise sache, et comprenne ce qui va se passer. La communication, et le respect seront pour vous les clefs de la réussite. Cela ne signifie pas que vous ne devez pas conduire votre barque comme vous le souhaitez, mais vous devez prendre le temps de bien communiquer, auprès de personnes angoissées, voire traumatisées par ce rachat qui leur est imposé.

Le deuxième risque, c’est tout ce qui ne vous a pas été dit. Même si la société que vous rachetez se porte bien, il y a toujours des choses que vous allez découvrir quand vous serez dans la place. Bien sûr, il y aura le positif, et tant mieux. Mais il y aura également le négatif, ou le surprenant. Le fait que les comptes aient été certifiés par un commissaire aux comptes n’est pas une garantie en soi, même si cela renforce la fiabilité des éléments qui vous sont présentés.

Comment se prémunir contre cela ? Il y a bien sûr les clauses juridiques comme les garanties d’actif et de passif. Elles sont indispensables, mais elles ne constituent qu’une compensation. Vous resterez le propriétaire. Il est donc indispensable de bien auditer la société avant l’acquisition. Cela signifie qu’il est important de connaître la société bien avant son acquisition pour pouvoir la suivre sur la durée. Vous devez donc mettre en place une veille stratégique. Il faut également que vous soyez prêt à faire face à ces éventualités à la fois avec des réserves financières, mais également avec des équipes internes capables d’intervenir rapidement (en coup de poing).

Racheter une entreprise, comme tout dans la vie d’une entreprise, n’est pas un long fleuve tranquille. Vous devez envisager dès le départ de votre démarche, les problèmes qui peuvent se poser. Il faut que vous prépariez votre société, sur le plan de l’organisation, du financement et de l’approche culturelle à cette croissance externe. Cela est une nécessité absolue pour que vous vous donniez toutes les chances de réussir. 

 

Michel Pivot (26 mai 2015)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Web Analytics